Les bases du Kundalini yoga

voir aussi la page : le déroulement d’un cours

Il est bon de connaître certaines notions avant de pratiquer une première séance de kundalini yoga, surtout si vous pratiquez à distance. Les notions de base sont :

  • les mantras d’ouverture et de fermeture d’une séance
  • la posture intérieure
  • la posture assise
  • les respirations (longue, puissante, du feu)

Les mantras :

Mantra d’ouverture : « Ong Namo Guru Dev Namo » :
Le Kundalini yoga est un yoga traditionnel, codifié. Pour ouvrir une séance, on prononce toujours « Ong Namo Guru Dev Namo » (3x),
Extraits du livre d’Anand Sharabi sur le Kundalini Yoga :

  • Ong: est l’énergie créatrice expérimentée dans sa manifestation et son activité.
  • Namo : une salutation respectueuse, une révérence
  • Guru : « Gu » signifie ombre, « Ru » signifie lumière. Guru est la peronnalisation de l’éternelle sagesse qui vous fait passer de l’ombre à la lumière. Ce n’est pas forcément un Homme, cela peut-être une technique, ou comme c’est le cas dans le Kundalini Yoga enseigné par Yogi Bhajan, votre maître intérieur, c’est-à-dire votre plus haute conscience.
  • Dev : divin, absolument pur, transparent

Il est dit que ce mantra « ouvre un canal d’énergie protectrice pour la pratique du kundalini yoga ». Ce mantra se chante dans notre école une expiration et 1/2 (longue expir jusqu’à « namo », courte reprise d’air avant « guru »)

Mantra de fermeture : « Sat Nam »
Pour terminer la séance, on prononce, également trois fois, « Sat Nam ».

  • Sat : est l’être, ce qui est.
  • Nam : est le nom, la vibration de ce qui est, son identité

C’est un mantra qui nous procure le sens de la réalité, il a le pouvoir de calmer et d’équilibrer le mental. A la fin du cours, « Sat Nam » est prononcé sur une expiration, le « sat » étant 8 fois plus long que la « nam »

L’intériorisation – activer le témoin intérieur :

S’intérioriser, c’est « être témoin », c’est devenir observateur, sans jugement, de ce qu’il se passe en soi. C’est prendre un légère distance et ne plus s’identifier à ce qui se manifeste en nous. C’est un moyen de prendre conscience de qui on est, d’observer comment on fonctionne, comment on réagit, comment le mental interfère avec notre esprit, etc.
Pendant la séance, l’accent est mis sur l’intériorisation. Elle se fait en général les yeux fermés, centrés au 3e œil (à la racine du nez, entre les deux sourcils). Cela va permettre de stimuler la glande hypophyse et améliorer l’accès à la méditation.

La posture assise :

C’est une posture récurrente dans la pratique du kundalini yoga. Voici une façon de prendre la posture assise jambes croisées :

posture assise classique du kundalini yoga
  • Installez-vous sur un coussin ferme, jambes écartées
  • Prenez appui sur les os fessiers (les « ischions », deux « boules » à l’aplomb des fesses). POur ce faire, vous pouvez tirer les fesses vers l’arrière ou vous laisser glisser légèrement vers l’avant du coussin.
  • Pliez une jambe ramenez le talon face au pubis, puis pliez l’autre jambe et placez le talon contre l’avant de l’autre pied.
  • Appliquez une antéversion du bassin : le bassin bascule vers l’avant (les épines iliaques antéro-postérieures avancent, les ischions reculent). Restez vigilent à ne pas creuser le bas du dos : activer légèrement la sangle abdominale pour effacer cette courbure.

> Il se peut que vos genoux ne touchent pas le sol. Ce n’est pas grave, cherchez avant tout la symétrie de la posture. Vous pouvez aussi, pour plus de confort, placez des coussins sous vos genoux.
–> Certaines personnes ne peuvent pas s’assoir jambe croisées : vous pouvez bien-entendu adapter la posture, en vous asseyant sur les talons jambes pliées, ou sur une chaise, ou en gardant une jambes tendue si vous fatiguez dans la posture, etc… L’inconfort de la posture ne doit pas vous empêcher de vous intérioriser.

Les respirations :

  • La respiration longue et profonde : inspirez en dirigeant le souffle tout d’abord vers l’abdomen, puis sous la cage thoracique et enfin sous les clavicules de façon emplir complètement les poumons. Expirez un vidant l’air du haut vers le bas. Rentrez l’abdomen vers l’intérieur et vers le haut en fin d’expiration. Cette respiration se pratique sans tension, sans pause entre l’inspire et l’expire.
  • La respiration puissante : gonflez les poumons rapidement et puissamment sur l’inspire, videz-les rapidement et puissamment sur l’expire. La respiration se place dans la partie médiane des poumons.
  • La respiration du feu : sur l’inspire, l’abdomen est projeté vers l’avant, sur l’expire l’air est projeté à l’extérieur par un puissant mouvement de l’abdomen vers l’intérieur. L’énergie se concentre dans la zone du nombril. La respiration est puissante, le rythme rapide (2 à 3 par seconde). La zone de la poitrine reste détendue. Il n’y a pas de pauses entre l’inspire et l’expire, qui sont de même intensité.

Lire : déroulement d’un cours

Commander un cours en vidéo